Blog officiel de la librairie Al Bayyinah

,

Discours de Taoufik El Madani lors de l’enterrement d’Etienne Dinet

«Le cortège était immense et le rassemblement impressionnant. La miséricorde était descendue sur les cœurs des croyants, si bien que l’on ne voyait que des visages graves, exprimant la crainte révérencielle, l’humilité, le respect et la considération (…) Il était là, en haut de la colline, entourée des palmiers dont les verts ramages se mélangeaient au bleu du ciel, traversée par l’oued dont les eaux s’écoulaient limpides et douces, c’était comme si elles pleuraient le généreux disparu qu’elles avaient séduit, gagnant son amour et son respect, car il ne voyait en elles que beauté, repos et paix. Ici, sur ces hauteurs, reposait Dinet en son sommeil éternel. Sur cette colline, nous avons stationné et déclaré : “Que Dieu te soit miséricordieux, ô Dinet !” Sur le défunt, nous avons repris nos prières. Car par sa mort, il nous avait montré un signe divin que nous n’aurions pas vu sans lui. Nous avons, en effet, vu dans la foule immense, dans les milliers de musulmans tournés dans la direction de La Mecque (qibla) et élevant leurs prières à la gloire de Dieu (…)

Les orateurs avaient parlé : le cheikh de l’institut d’al-Hâmil, Ahmed Taoufik El Madani, al-Amin al- ‘Ammûdi et al-Tayyib al-‘Uqbi. D’une voix douce et triste, le poète Mufdi Zakariya déclama ensuite des vers de circonstance. À leur tour, l’administrateur et le préfet prononcèrent des oraisons. Tout ce qui avait été dit ce jour-là reflétait exactement le noble défunt qui semblait être là, devant nous, avec sa foi, sa pureté, son art, ses bonnes actions, son combat par la plume au service de l’Islam.

Quand nous vîmes cette manifestation, écoutâmes les orateurs et observâmes autour du cercueil les délégations algériennes arabo-musulmanes, nous dîmes : “Ceci est un autre miracle de Dieu”.

C’était l’Algérie qui s’assemblait ce jour-là. Elle s’était réunie autour d’une idée et non autour d’un corps. Elle s’était réunie pour affirmer dans une langue claire, compréhensible à quiconque, qu’elle demeurait après tout et malgré tout. L’Algérie restera arabe et musulmane ; elle ne perdra pas sa sensibilité, ne se séparera pas de sa conscience de soi, n’oubliera pas sa religion, n’abandonnera pas sa langue arabe et ne se divisera pas. Car elle demeure, malgré les vicissitudes, une communauté (umma) vivante et éternelle.

Nasreddine Dinet, notre grand disparu, a inscrit pour toujours son nom sur le livre de l’histoire islamique par trois actes mémorables. Le premier est d’avoir écrit une vie du Prophète (…) Le deuxième est son livre L’Orient vu de l’Occident (…) Le troisième est le récit récemment sorti de l’imprimerie intitulé : Le Pèlerinage à la Maison sacrée d’Allah (…)

Je ne peux clore mon propos sans citer les derniers mots de l’oraison que j’ai prononcée sur sa pure et noble dépouille: “Dinet n’était pas un simple musulman; il était un musulman au-dessus de beaucoup d’autres musulmans. Il ne trichait ni avec Dieu ni avec les hommes. Il était musulman, car il respectait les autres. D’autant qu’il avait embrassé l’Islam après étude, enquête et recherche des preuves probantes. Son Islam, il ne l’avait pas hérité de ses pères. C’est pourquoi, s’il était musulman, il ne se contentait pas de l’être communément. Il était au contraire un musulman actif, par sa plume et sa langue, dans la défense de Dieu et de l’Islam. Il n’était pas en outre de ces musulmans qui pervertissent leur foi par des innovations blâmables (bida‘), ces fables et sornettes que l’on a associées à l’Islam par ignorance. Il était enfin un musulman qui s’était élevé au-dessus des divergences entre écoles doctrinales (madhâhib) et confréries reli- gieuses (turuq) par lesquelles on a cherché à défaire le lien solide de l’Islam. Al-Hajj Nasreddine était un musulman authentique et complet.

Dieu m’est témoin de ce que je dis, bien que de l’homme, nous avons perdu la vie, il reste en nous vivant par des traces éternelles”».

« Un jour de Dinet à Bou Saâda » par Taoufik El Madani ech-Chihab, du 20 janvier 1930

Etienne Dinet Quelques rayons de la lumière de l’islam éditions Héritage 2022 p.85-86-87-89

Image du livre quelques rayons sur la lumière de l'Islam

Partagez la publication
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Articles sur le même thème

Librairie musulmane

La librairie Al Bayyinah propose des centaines d’articles dont des livres, jeux éducatifs, parfums ou encore vêtements.

Nos articles favoris
Livre du mois

Le recueil bénéfique des enseignements coraniques - Ibn Sa'di

Explorer