Blog officiel de la librairie Al Bayyinah

,

La lumière de l’érudition islamique féminine : Da’wah, Difficulté et Détermination

Le sujet de l’érudition islamique féminine a lentement commencé à attirer l’attention au cours de la dernière décennie, grâce notamment à l’incroyable travail du Shaykh Muhammad Akram Nadwi et à son livre révolutionnaire “Al-Muhaddithat”. Malheureusement, à bien des égards, les discussions sur l’érudition féminine sont restées théoriques ou historiques, avec peu de reconnaissance de ce à quoi ressemblent l’érudition et le leadership islamiques féminins aujourd’hui. Voici deux documentaires incroyables qui traitent précisément de ce sujet : l’érudition et le leadership féminins dans l’Islam d’aujourd’hui.

(Note : Cet article est une traduction, merci de nous signaler toute coquille ou erreur directement sur la page contact en précisant sur quel article elle se situe et à quel moment. Baarak Allahu fikoum)

“The Light in Her Eyes” (PBS) et “Veiled Voices” (Brigid Maher) sont deux documentaires, filmés et produits au début des années 2000, qui suivent le Dr Houda al-Habash, de la da’iyyah syrienne, et le Dr Houda aux côtés de la libanaise Dr Ghina Hammoud, et de l’égyptienne Dr Su’ad Saleh, respectivement. Ces films explorent le travail, les expériences et les défis de chacune de ces femmes, qui sont des enseignantes et des leaders islamiques traditionnellement formées dans leurs pays respectifs.

Dans “La lumière dans ses yeux”, on nous présente le Dr Houda al-Habash, qui a créé une école coranique pour les filles dans un masjid de Damas à l’âge de 17 ans. Au moment du tournage, Anse Houda avait plus de 30 ans d’enseignement à son actif, et le film lui-même la filme alors qu’elle dirigeait des cours d’été pour filles axés sur le hifdh (mémorisation). Le film nous donne un aperçu de sa vie privée, de sa famille et de ses antécédents, ainsi que du travail intensif qu’elle accomplit non seulement en tant qu’enseignante du Coran, mais aussi en tant que conseillère spirituelle, en tant que femme musulmane qui donne du pouvoir à d’autres femmes musulmanes par le biais des enseignements islamiques, et en tant qu’enseignante qui guide doucement mais fermement ses élèves vers une compréhension holistique de l’Islam et vers une connexion puissante avec Allah .

J’ai sincèrement aimé ce documentaire – il s’agissait d’une représentation authentique d’une femme musulmane puissante qui tire sa force spirituelle et donne du pouvoir à ses élèves grâce à son amour du Coran. Pas de sauveurs blancs ici, pas de libéraux laïques s’attribuant le mérite de la “libération”, et l’accent n’est pas mis sur le récit oppressif des hommes musulmans (bien qu’il y ait eu quelques bribes particulièrement réductrices d’un shuyookh arabe bien connu sur le thème “la place de la femme est à la maison”). Au lieu de cela, on nous donne des aperçus des autres enseignants (dont les expressions parfois harassées n’étaient que trop familières – hashtag madrasah teacher struggles), des nombreuses étudiantes d’origines diverses, et de l’approche ferme mais aimante d’Anse Houda qui pousse tous ses étudiants – jeunes et moins jeunes – à l’excellence.

“Voix voilées” suit une structure similaire, cette fois en suivant deux autres femmes universitaires, en plus d’Anse Houda, l’histoire du Dr Ghina Hammoud était particulièrement puissante.

Elle a parlé ouvertement de son premier mariage abusif, de la façon dont elle s’est battue pour divorcer, de la façon dont ses enfants lui ont été cachés, et de la façon dont les rumeurs de son divorce se sont répandues dans tout Beyrouth et ont conduit les gens à remettre en question sa da’wah. Rien de tout cela ne l’a arrêtée ; elle a créé son propre centre islamique, permettant à d’autres femmes musulmanes d’apprendre le deen et de lutter contre l’oppression qu’elles pouvaient subir. Malgré tout, nous avons un aperçu des difficultés auxquelles le Dr Ghina est confrontée ; dans des moments d’incroyable vulnérabilité, nous voyons à quel point il est difficile pour elle et ses jeunes filles d’être séparées à cause du divorce, et elle fond en larmes d’angoisse. Elle se ressaisit cependant, réitérant l’importance de sa da’wah et de l’incarnation du tawakkul en Allah dans sa vie publique et privée.

 

L’histoire du Dr Ghina met en lumière les nombreux défis auxquels les femmes musulmanes, même celles qui étudient le deen de manière formelle et l’enseignent à un niveau académique, sont souvent confrontées dans le cadre de leur activisme et de leur leadership. La stigmatisation et les attitudes culturelles toxiques sont des obstacles constants, les hommes comme les femmes tentant de délégitimer leurs efforts en raison des mentalités ignorantes à l’égard des femmes. Ce qui distingue vraiment les femmes comme le Dr Ghina, c’est que malgré tout ce négativisme, au sein de leur propre communauté, elles restent dévouées à leur da’wah pour le seul plaisir d’Allah.

“Veiled Voices” nous présente également le Dr. Su’ad Salih, un formidable érudit égyptien, professeur de fiqh comparatif à l’université d’Al-Azhar, et ancien doyen des études islamiques de cette même université. Le Dr Su’ad est issue de la première génération de femmes diplômées d’al-Azhar depuis l’ouverture d’une faculté pour les femmes en 1962. Outre ses incroyables réalisations universitaires, elle a également offert ses services en tant qu’érudite accessible par le biais de ses diverses apparitions dans les médias.

Le documentaire met en lumière les efforts déployés par le Dr Su’ad pour que l’Égypte reconnaisse officiellement les muftiyyas au sein du conseil islamique d’Al-Azhar. Bien que l’ancien grand mufti d’Al-Azhar, Muhammad Sayyid Tantawi, apparaisse dans le documentaire et prononce quelques mots d’encouragement symboliques concernant la légitimité des femmes muftis, Mme Su’ad raconte sans détour comment ses candidatures à ce poste ont été rejetées à plusieurs reprises. En effet, elle n’a reçu qu’un seul vote en sa faveur ; tous les autres muftis masculins qui ont voté sur la question se sont prononcés contre elle.  En fin de compte, bien qu’aucun muftiyyah n’ait été reconnu à ce jour par al-Azhar, le Dr. Su’ad rappelle aux spectateurs que dans sa vie quotidienne, elle remplit ce rôle à tous égards – peu importe le nombre de fois où les muftis masculins rejettent ses candidatures.

Ces deux films sont un trésor pour les téléspectateurs : ils donnent un aperçu puissant de l’érudition islamique féminine d’aujourd’hui, qui n’a pas froid aux yeux et est déterminée dans sa da’wah. Nous pouvons voir des femmes musulmanes, dans le monde arabe, qui font face à de nombreux défis et excellent malgré les obstacles qui se dressent sur leur chemin. Nous sommes témoins de la manière dont leurs connaissances, leur adab et leur sincérité se combinent pour rendre un service inestimable à cette Oumma. Plus important encore, cela nous rappelle que, bien que le concept d’érudition islamique féminine soit remis en question dans nombre de nos communautés, il s’agit d’une Sunnah des premières générations de musulmans, et elle continue d’être défendue par des femmes incroyables, tant en Orient qu’en Occident.

(“The Light in Her Eyes” est disponible à la location sur YouTube ; “Veiled Voices” est visible sur Prime Video via Amazon.com, et disponible à la location sur Vimeo).

 

Auteure : Zainab bint Younus pour muslimmatters.org

 
 
 
 
Partagez la publication
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Articles sur le même thème

Librairie musulmane

La librairie Al Bayyinah propose des centaines d’articles dont des livres, jeux éducatifs, parfums ou encore vêtements.

Nos articles favoris
Livre du mois

Le recueil bénéfique des enseignements coraniques - Ibn Sa'di

Explorer